Quand une policière voit cet homme crasseux, elle pense qu’il est un mendiant. Puis elle découvre son identité et n’arrive pas à y croire!

Quand une policière voit cet homme crasseux, elle pense qu’il est un mendiant. Puis elle découvre son identité et n’arrive pas à y croire!

C’est en 2012 à Vancouver, au Canada, qu’Anton Pilipa est vu pour la dernière fois. Le jeune homme travaille dans l’humanitaire mais présente une particularité : il est schizophrène. Sa famille tente depuis plus de deux ans de le faire traiter pour cette maladie mentale. En vain. En 2011, il se retrouve même accusé d’agression et est en attente de jugement. C'est alors qu'il s’évapore dans la nature.

Sa famille prévient la police et tout le monde s’active pour retrouver Anton. Mais il semble avoir littéralement disparu de la surface de la Terre.


Dans un premier temps, Stefan, son frère, continue d’y croire. Lui, qui a toujours été si proche de son frère, ne peut imaginer une seule seconde qu’il puisse être décédé. "Où est-il ? Que lui est-il arrivé ?" se demande-t-il sans cesse. Mais les années passent et il doit bien se rendre à l’évidence. Anton est mort. Pour de bon. Et il est temps d’en faire le deuil.

Pourtant, en décembre 2016, Stefan reçoit un appel pour le moins déconcertant. "J’étais stupéfait", dit-il. Et pour cause : la personne au bout du fil lui apprend qu'Anton est bel et bien vivant ! "Je m’étais dit qu’il était mort. Parce que c’était la seule chose que j’avais trouvée qui puisse expliquer son absence." La vérité derrière l’absence de son frère, Stefan n’aurait pu l’imaginer ne serait-ce qu’une seule seconde tant elle est improbable.

Anton a en effet été retrouvé… au Brésil, au coeur de l’Amazonie, à 10 460 kilomètres de là ! Mais le plus impressionnant, c’est avant tout la manière dont il y est parvenu.


Quand il est retrouvé par Helenice Campos, une officier de police brésilienne qui le prend d’abord pour un mendiant, Anton n’a pas de papiers d’identité et ne possède presque rien. Elle réussit finalement, avec l’aide de diverses ambassades et des autorités, à retrouver l’identité de l’inconnu. Ce n’est qu’avec le temps que son parcours extraordinaire est peu à peu retracé.

Lorsqu’il décide de quitter Vancouver en 2012, Anton a une idée bien précise et quelque peu singulière : se rendre à la librairie nationale de Buenos Aires, en Argentine. Il entame alors son périple avec les moyens du bord. Il est parfois gracieusement aidé par des étrangers, auxquels il quémande des vêtements et de la nourriture, et ramasse des fruits et autres baies qui se trouvent sur son chemin.

Anton traverse 10 pays : le Canada, les États-Unis, le Mexique, le Guatemala, le Costa Rica, le Panama, la Colombie, le Venezuela, l’Argentine et le Brésil. Et tout ça sans le moindre document officiel, et surtout, majoritairement à pied ! La manière dont il y est parvenu reste encore floue. Il est encore difficile de faire parler le jeune schizophrène, qui a été coupé du monde pendant quatre ans et n’a eu que très peu de contact humain. Malgré ce long périple en Amérique Latine, il ne parle que très peu l’espagnol et le portugais.


Lorsqu’il arrive à la librairie nationale de Buenos Aires, son ultime but, l’entrée lui est interdite. La raison est simple : il n’a pas de document d’identité ! Il décide alors de rebrousser chemin et s’enfonce dans la jungle amazonienne, où il marche pendant plus de 800 km entre les serpents, araignées venimeuses, jaguars et autres caïmans pouvant atteindre jusqu’à 6 mètres ! Les ongles de ses orteils finissent même tous par tomber.

C’est à ce moment qu’Anton est retrouvé presque dans le plus simple appareil : pieds nus et vêtu d’un simple bermuda. Quand son frère Stefan apprend qu’il est encore en vie, il ouvre une page Gofundme dans l’espoir de pouvoir financer son retour au Canada, mais également pour pouvoir lui acheter des vêtements et autres objets de première nécessité à son retour. Et c’est un succès ! Ils récoltent plus de 10 000 euros qui permettent de faire rentrer Anton à la maison.

Après toutes ces années, les deux frères sont finalement réunis. "Je suis impressionné qu’il soit en vie et qu’il ait réussi à aller si loin", confie Stefan, encore sous le coup de l'émotion. Même s’il doit l’admettre : "La rigueur de son périple a laissé des séquelles sur son corps et son visage. Et il a bien plus de cheveux que la dernière fois que je l’ai vu."


Stefan explique également que son frère a été retrouvé "juste à temps", son état de santé ayant commencé à se dégrader drastiquement au cours de son séjour dans l’hôpital dans lequel il séjournait en attendant que sa famille vienne le récupérer.

Anton, lui, a conscience de la chance qu’il a d’avoir été retrouvé. "Je sais que que je suis très chanceux d’être en vie. Je suis très heureux de pouvoir retourner avec ma famille." Mais quand il revient sur son aventure, il confie également : "Je ne me suis jamais senti seul. J’ai beaucoup réfléchi ces dernières années, dormant dans la nature. C’est très simple de vivre, nous n’avons pas besoin de beaucoup de choses."

Anton vit aujourd’hui avec son frère et sa belle-soeur, en attente de son jugement, retardé depuis plus de quatre ans déjà.

Vous pouvez retrouver son histoire en vidéo (en anglais) :



Le parcours d’Anton est aussi unique qu’incroyable. Les dernières années n’ont probablement pas été de tout repos pour lui. Espérons qu’il puisse enfin recevoir les soins nécessaires à sa schizophrénie et qu’il puisse, après son jugement, réintégrer la société et trouver un bonheur bien mérité, entouré de tous ses proches.

Related

VIDEOS 8576162236808832290

Enregistrer un commentaire

Hot in week

Recent

Comments

item