"Toi je vais te baiser" : L'effroyable récit d'un homme témoin de harcèlement dans le métro


Son billet, publié à la fois sur Facebook et sur son blog a été partagé plus de 120 000 fois, parce qu'il met le doigt une énième fois sur ce fléau cruellement ordinaire qu'est le harcèlement dans les transports (qui n'épargne aucune ville de France ou du monde) mais aussi sur la trop fréquente passivité de ceux qui en sont témoins mais aussi sur la peur, parce qu'il nous rappelle forcément une scène à laquelle on a assisté (quand on ne l'a pas carrément subie) et parce qu'il nous prouve qu'il suffit de quelques mots, d'un geste et d'un peu de courage, pour venir en aide à une victime.

"Toi je vais te baiser" ​Nous sommes vendredi soir, et Vincent Lahouze prend le métro "comme tous les jours". En observant les passagers de son wagon, vacant chacun à leurs occupations de fin de semaine, il aperçoit une jeune femme et un homme dans un coin. "De loin, on aurait pu penser que c’était un jeune couple en train de se disputer. L’homme se tenait à quelques centimètres de la jeune femme, la main sur son poignet", décrit-il. Intrigué, il se rapproche néanmoins, suffisamment pour entendre les menaces proférés par ce dernier. "Toi j’vais te baiser tu sais oh oui j’vais te baiser salement et tu vas aimer ça hein bien sûr que tu vas aimer ça mmh allez t’écoutes ce que j’dis petite pute réponds petite salope j’sais que tu en as envie je l’ai vu dans ton regard de petite chienne en chaleur fallait pas porter une jupe si t’es pas intéressée ouais toi j’vais te baiser…"


"Que faire ?" Personne d'autre ne semble comprendre la situation, ou préfère ne pas la comprendre, laissant cette jeune femme pétrifiée par la peur à la merci de son agresseur. Que faire alors ? L'artiste l'admet lui-même, réagir face à la violence n'est pas si facile. "Que faire, détourner le regard, (réagis) se persuader qu’ils sont en couple, (réagis), que ce ne sont pas mes histoires, partir, prendre le métro suivant, (réagis) après tout, je ne suis pas à quelques minutes près, (oui mais la jeune femme ne semble pas bien aller du tout) je vais descendre, je ne vais pas m’en mêler, (RÉAGIS PUTAIN). C’est fou comme la peur nous paralyse dans ces moments-là, vraiment."

"Camille ! Ça fait un bail !" Heureusement, il surmonte sa peur et décide d'intervenir, de manière très astucieuse. Il s'installe tout simplement près d'eux et, faisant mine de reconnaître la jeune femme, interrompt l'agresseur, demandant même s'il ne les dérange pas. Une ruse simple qui fonctionne immédiatement. "Ces quelques mots ont suffit à la jeune femme pour reprendre vie, et comprenant ce que je tentais de faire m’a suivi dans ma brève comédie familiale. L’homme a immédiatement retiré sa main, comme si les fils de sa marionnette venaient de se couper, comme s’il venait de se brûler au contact de la peau de la jeune femme. Sans un regard, il s’est levé, et il est sorti de la rame sans se retourner." Vincent Lahouze s'assure que la victime va bien puis descend lui-même du métro à sa station. Bien que son geste ait été applaudi partout sur le web, le Toulousain explique ne pas avoir partagé son histoire pour glorifier cette action qui "devrait être banale". "J’ai écrit ce texte pour montrer qu’avec quelques mots, on peut renverser une situation, on peut intervenir et ne pas regarder une agression se dérouler sous nos yeux sans rien faire. J’ai écrit ce texte pour donner encore un témoignage de plus sur le harcèlement de rue, dans les transports en commun, pour montrer que cette oppression sur les femmes n’est pas un mythe." En attestent justement les nombreux récits de victimes postés en commentaires de son post et des médias qui l'ont relayé. Vincent Lahouze termine son article en renvoyant sur plusieurs sites et blog traitant de ce sujet : le Tumblr Projet Crocodile, qui met en scène des témoignages envoyés au dessinateur Thomas Mathieu, la page Facebook Paye ta Shnek, qui recense également des récits, ainsi que la campagne de “Stop Harcèlement de rue”. Ce n'est pas la première fois que le jeune homme fait le buzz en dénonçant ce dernier phénomène dans un billet intitulé "Demain, je compte mettre un short".

Related

NOUVELLES 5536394335241113071

Enregistrer un commentaire

Hot in week

Recent

Comments

item